Mes questions encore sans réponses après prostatectomie du 13/10/08 à l'IMM

Mes questions encore sans réponses après prostatectomie du 13/10/08 à l'IMM

30/11/2008 à 10:59 par humanivers

BILAN DE SANTÉ LE 25/11/08 ET QUESTIONNEMENT (sans réponse de l'Institut Mutualiste Montsouris à ce jour)



1) RÉSUMÉ DES FAITS MÉDICAUX PRINCIPAUX



A 58 ans en avril 2002 appendicectomie (limite péritonite).



A 59 ans en 2003 environ miction difficile, maladie de Lapeyronie (courbure 20° à gauche mais n’empêchant pas les rapport sexuels) et douleur à l’éjaculation à gauche.

Ces 3 manifestations sont apparues de manière progressive et plus nettement en 2004.

A 61 ans courant 2005 : allergie des voies aériennes à l’ambroisie donnant lieu à cure de désensibilisation en 2006.



A 61,5 ans fin 2005 apnées du sommeil (>30) nécessitant un appareil à pression positive continue (PPC) à vie.



A 62 ans en 2006 l’augmentation du taux de PSA nécessite des examens qui, sans doute à tords, n’ont pas aboutit à plus d’investigations.



A 63,5 ans en novembre 2007, suite à un abus devant l’écran de mon PC, déficit visuel d’hémianopsie latérale homonyme gauche pendant 20 mn. Échographie, bilan cardiaque et IRM cérébrale négatifs.



A 64 ans en 2008 miction plus difficile mais très bien améliorée en juin avec traitement par Xyzall 5 mg 1c par jour.

La confirmation d’un taux de PSA élevé conduit à une biopsie positive le 15/07/08.

taux de PSA :

- mars 2004 : 3,86

- sept 2006 : 5.73

- mars 2007 : 5.24

- mai 2008 : 6.63

- juin 2008 : 6.06

Échographie prostate :

- mars 2007 : hypertrophie modérée volume 28 CC

- juin 2008 : hypertrophie modérée volume inférieur 30 mg, nodule comprimant urètre

Touchés rectaux en 2008 :

Prostate peu volumineuse mais dure.

Biopsie du 15/07/08 :

8 biopsies de grade 3+3 de Gleason sur 12 prélèvements. Une avec invasion péri nerveuse intra capsulaire à gauche, dans la zone du nerf érecteur. Pas d'extension à priori.

Scintigraphie du 08/08/08 :

Ne montre pas d'extensions aux os.

IRM du 26/08/08 :

Pas extension extra capsulaire franche. Pas atteinte significative vésicules séminales. Pas d'adénomégalie locorégionale. Nota grosse veine latéro-rectale droite.

Cotation IRM: T2B N0 M0.

Prostatectomie radicale avec préservation des bandelettes nerveuses le 13 octobre 2008.



Courant 2008 : persistance d’une tache grisée avec perte partielle de la vision en forme de croissant à l’œil gauche.

10 novembre 2008 : l’ophtalmologue ne trouve pas de dégénération de la rétine mais un bulbe du nerf optique plus gros à gauche et malgré une pression oculaire normale et équilibrée, fait penser à un début de glaucome.

Ce glaucome est peut être une conséquence de mes apnées du sommeil mais aussi du LEVITRA.

Un traitement à vie est envisagée.

Une analyse du champ de vision est programmée le 11/12/08.



2) MON OPÉRATION du 13/10/08 et ses conséquences

À 64,5 ans, prostatectomie radicale avec préservation des bandelettes nerveuses sous coelioscopie à l’IMM.

Suite à un traitement d'antibiotique 1 mois avant (rien à voir avec mon cancer), j'ai contracté une violente diarrhée de clostridium difficile le lendemain de l'opération (5 heures d'anesthésie générale dont 2h 45mn d’opération).



CONVALESCENCE :

Pendant 3 semaines je suis passé progressivement du lit au fauteuil et à la chaise devant le PC, pas de grosses douleurs mais une sensation de mal être surtout avant d’avoir mon appareil digestif calmé en début de 3° semaine, drogué par DI-ANTALVIC (efficace mais « épuise »), LOVENOX , FLAGYL, TARDYFERON, SMECTA, LEXOMIL, LEVITRA (semble inefficace) BACTRIM.



L’ INCONTINENCE :

De la 4° à la 6° semaine, le sphincter marche bien assis ou couché mais il me prend par surprise aux changements de position, si j’inspire subitement, si je tousse, si j’ai le hoquet, ou lié à une émotion ou à une poussée de gaz intestinaux ou de matière fécale. J’arrive une fois sur deux à le contenir mais il est parfois « inconsolable ». Les progrès sont très lents.

Une rééducation est commencée la 6° semaine par un kinésitérapeute.

L’ÉRECTION APRÈS LA PROSTATECTOMIE : 1/2 comprimé de LEVITRA tous les 2 jours passé à ¼ tous les jours à cause des effets secondaires et aucune amélioration d’érection.

LEVITRA auto-stoppé à cause des risques de glaucome le 10/11/08.

Effets secondaires : rougeur du visage, maux de tête, légère oppression respiratoire, nez qui se bouche, mal de tête et à l'oeil.

Pendant 3 semaines, j'ai utilisé tous les moyens usuels, ma femme, images, masturbation pour « oxygéner » ma verge mais cela n'a rien changé : mes bijoux étaient douloureux et seul mon gland grossissait.

A la 4° semaine, lorsque les douleurs ont progressivement disparu, même en dehors de la période d'efficacité du LEVITRA j'ai obtenu plus d'effet de l'ordre de 25 pour cent surtout localisé à la base et au gland.

Par contre impossible de retenir l’urine pendant les érections naturelles provoquées



L’ÉRECTION PAR DÉPRESSION :

En début de 4° semaine, j'ai introduit mon pénis dans un tube en verre (diamètre environ 5 cm) et j'ai progressivement fait le vide d'air au moyen de mon aspirateur à l'autre bout.

Je suis arrivé à 90% de mes capacités avant l'opération (la tenue n'est pas encore longue sans doute car l'opération est récente) et toujours impossibilité de retenir l’urine.

A la suite de cette expérience j’ai ressenti un bien être pour mes bijoux bien oxygénés.

Un jour plus tard, j’ai obtenu une érection naturelle solitaire sans LEVITRA et avec une « éjaculation » (dans la vessie dit on) et une sensation très pure et agréable dans tout le corps malgré le fait de ne pas sentir le sperme traverser ma verge.

Par contre, la détente nécessaire à cette excitation a imposé de me laisser uriner d’où une difficulté à envisager de partager avec ma femme.

A ce jour, par suite de la non réponse à mes questions (mon PC de m’a jamais dit que mes messages ne parvenaient pas à l’IMM), j’ai abandonné les moyens artificiels d’érection au profit d’une rare érection naturelle qui est de l’ordre de 25%.

Je pense que je suis bloqué par ce que je viens de décrire précédemment mais aussi par l’anxiété de mon questionnement.



3) MES 8 QUESTIONS :



QUESTION 1 :

- La méthode d'érection par dépression (avec anneau pendant 30 mn max) est elle sans danger pour les prostatectomisés et en particulier en présence d'une maladie de Lapeyronie et prépare t elle bien à une rééducation érectile naturelle ?

- Peut on se passer de l’anneau qui bloque le retour veineux lorsque l’on désire seulement oxygéner les corps caverneux et spongieux sans plaisir sexuel et combien de temps est il nécessaire de conserver la dépression ?



QUESTION 2 :

Une érection « normale » (avant prostatectomie) interdit naturellement d'uriner un temps variable après l’érection et/ou l’éjaculation.

- Est ce un sphincter à la base de la vessie qui tient habituellement ce rôle (car avant prostatectomie, le sperme traverse le sphincter situé à la base de la prostate) ?

- Dans ce cas peut on espérer que, après cicatrisation d’une prostactectomie et rééducation spécifique, l'urine sera bloquée pendant les rapports sexuels ?

- Ou bien est ce une partie de la prostate qui fait office de sphincter anti-urine au moment de l’érection tandis que le sphincter qui est à sa base se relâche pendant l’éjaculation et dans ce cas n’y a rien à espérer pour le blocage de l’urine ?



QUESTION 3 :

- Les canaux provenant des testicules, une fois la prostate et les vésicules séminales enlevés, sont ils raccordés à la vessie ou au canal provenant des reins ?



QUESTION 4 :

- Le « raccord » vessie sphincter imposé par la prostatectomie fait il remonter la verge et descendre la vessie ?

- Conduit il nécessairement à une diminution de la longueur et du diamètre de la verge flaccide et en érection ?



QUESTION 5 :

- Comment dépister la ou les causes du début de glaucome pour éviter un nouveau traitement à vie ?



QUESTION 6 :

- Est il possible de caractériser et traiter les apnées provoquées par le système nerveux central ?



QUESTION 7 :

- La rééducation de l’incontinence urinaire se borne t elle à compenser la disparition du sphincter prostatique (voir dernière question du 4°) par l’acquisition d’un réflexe d’abord volontaire puis automatique du sphincter commandé par le périnée ?



QUESTION 8 :

- Qu’en est il du résultat de l’analyse de ma prostate ?

- Le cancer était il bien contenu dans celle-ci ou ai-je des risques de métastase ?

11/04/2010 à 16:53 par mimo59

Je viens d'être opéré de la prostate

avez voous eu des réponses à vos question je suis intéressé par les réponses sur la continence et les érections

Articles d'information relatifs au sujet de cette discussion :

Réseaux sociaux :

Sphère-Santé est le site N°1 pour l'incontinence et les fuites urinaires.

Notre philosophie est de vous apporter à la fois une information exhaustive sur les causes et les traitements de cette pathologie touchant 5 millions de personnes en France, ainsi qu'une gamme de produits absorbants pour vivre au quotidien avec les fuites urinaires et retrouver ainsi toute votre autonomie.

Le site est certifié HONcode pour sa rubrique information et son espace de dialogue.