Incontinence - Sphère-Santé

Bandelette - incontinence

incontinence urinaire   Mon compte   incontinent   Contact  
  Incontinence et fuites urinaires
  Informations médicales  
 
incontinence puce rouge
 
 
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
 
 
     
 
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
 
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
incontinence puce rouge
 
     

  Questions aux médecins  
   
     

  Incontinence : le forum  
   
     

  Le comité scientifique  
   
     

  Divers  
   
   
     

Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON

Nous adhérons aux principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Sphère-Santé est certifiée HONcode pour sa rubrique information et son espace de dialogue.

 


 

 
 
 
 
Bandelette TVT TOT incontinence urinaire

La bandelette, une révolution pour l'incontinence d'effort

 
  La bandelette
 

La bandelette trans-obturatrice

  Le post opératoire : témoignage
 

L'incontinence d'effort est une pathologie due à la détérioration des muscles et ligaments soutenant l'urètre et le col vésical. On décrit souvent cette configuration anatomique comme un hamac compte tenu de sa fonction de "support".

C'est l'augmentation de la pression abdominale durant un effort, comme par exemple la toux, le soulèvement d'une charge ou de toute autre activité physique qui entraîne une fuite d'urines.

 

 

Lors d'un effort, l'urètre et le col vésical s'appuient sur ce hamac qui assure l'étanchéité de par la pression exercée.

Lorsqu'une personne est victime d'une incontinence d'effort, ce hamac ne dispose pas de la résistance nécessaire pour soutenir et garder l'urètre et le col vésical fermés ce qui engendre la fuite lors d'un effort.

 

Ainsi, les traitements chirurgicaux de l’incontinence urinaire d’effort de la femme dans le cas d’hypermobilité urétrale, ont pour but de repositionner le col et l’urètre moyen en position anatomique, mais aussi d’instaurer  un nouveau support synthétique sous l’urètre à la manière d’un hamac.

Aujourd'hui plusieurs techniques existent et ont pour but de pallier à la "faiblesse" de ce hamac dans sa fonction originelle en plaçant une bandelette sous l'urètre qui désormais, assurera la fonction de soutien.

Lors d’un effort, l’urètre et le col vésical s’appuieront sur ce support qui assurera l'étanchéité de par la pression exercée.

C’est dans ce but que les interventions de fronde sous urétrales ont été élaborées et consistent à disposer sous l’urètre une plaque en tissu synthétique plus communément appelé bandelette sous urétrale.

Quelle est son origine ?

La première technique décrite est celle du norvégien Ulmstein en 1996, les deux bras de la plaque étant passés en arrière du pubis (technique TVT (Tension Free Vaginal Tape)). Cette technique offrait l’avantage par rapport aux techniques anciennes de cure d’incontinence urinaire d’effort d’être moins morbide. Les résultats obtenus par cette nouvelle technique étaient satisfaisants puisque près de 80% des patientes ont observé une absence totale et durable de fuites. Dès lors la diffusion de cette technique a été croissante, de nombreuses bandelettes sont apparues sur le marché, si bien que ces interventions ont récemment été désignées comme étant le traitement chirurgical premier de l’incontinence urinaire à l’effort de la femme

Qu'est ce qu'une bandelette ?

La bandelette se présente sous la forme d'une bande d'un mono filament tricoté ou multi filaments de polypropylène. Cette petite bande s'apparentant à une bande de tissus auto agrippante. Le matériau utilisé par les industriels permet une très bonne tolérance de la part des patients.

Comme l'illustre l'animation ci-contre, la bandelette est placée sous l'urètre ce qui permet de pallier au dysfonctionnement du système ligamento-musculaire qui assure la fermeture du canal de l’urètre.

Une opération peu invasive

La pose d'une bandelette est un acte chirurgical qui peut être réalisé sous anesthésie locale ou générale selon l'avis du chirurgien et des souhaits de la patiente. La durée de la pose est en moyenne d'une demi-heure et l'hospitalisation est de l'ordre de 24 à 48 heures.

Cette opération nécessite un bilan préopératoire et éventuellement un bilan urodynamique afin de confirmer que la bandelette est la solution la mieux adaptée à la pathologie que présente la patiente.

Une efficacité reconnue

Nous disposons aujourd'hui d'un retour d'expérience suffisant pour observer que la technique de la bandelette dispose d'une efficacité remarquable puisque plus de 80% des personnes ayant eu recours à cette technique ont observé une absence totale et durable de fuite.

"Il est maintenant clairement démontré qu’en 2007 le traitement de référence de  l’incontinence urinaire d’effort isolé de la femme quel que soit son âge, est la mise en place d’une bandelette sous urétrale appelée TVT ou TOT. L’incontinence urinaire à l’effort est en effet attribuée à une altération (le plus souvent secondaire aux accouchements) des tissus de soutien qui sont normalement présents sous l’urètre. La mise en place d’une petite bandelette synthétique en lieu et place de ces tissus altérés va permettre le plus souvent aux patientes de recouvrer une continence normale."

Extrait de l'interview du Docteur Moulinier Chirurgien Urologue à Compiègne.
Découvrez l'interview dans son intégralité

Une technique toujours en évolution

Cinq ans plus tard en 2001, l’urologue français Delorme publiait la mise en place de la plaque (bandelette) au travers des « trous obturateurs », éléments anatomiques du bassin (technique TOT (Trans-Obturator Tape)). Le développement de cette nouvelle technique avait pour objectif de diminuer la morbidité liée à la TVT en l’occurrence le risque de plaies de vessie et digestives per-opératoire. Cette technique a donc connu ces dernières années une évolution majeure sur la voie d'abord (manière d'introduire et de fixer la bandelette) permettant de positionner la bandelette de part en part de trous obturateurs et de réduire au minimum les risques de perforation des organes abdominaux lors de l'intervention.

 

Il n’y a eu ces dernières années quasiment aucune évolution sur le type de biomatériau utilisé qui reste du  polypropylène. Il s’agit d’un biomatériau parfaitement inerte, qui ne donne pas de rejet et qui s’incorpore dans les tissus.
Dans la technique initiale appelée TVT, la bandelette ressortait au niveau du pubis. Il y avait donc un petit risque de perforation de la vessie lors de la pose. Cette perforation n’a aucune gravité en elle-même si tant est qu’elle soit diagnostiquée durant l’intervention et que l’on repasse la bandelette plus à distance. La vérification de l’intégrité de la vessie nécessitait la réalisation d’une cystoscopie durant l’intervention (introduction d’une caméra dans la vessie).
Ces dernières années une nouvelle technique a été décrite appelée TOT La bandelette est toujours mise sous l’urètre, mais le point de sortie est beaucoup plus latéral au niveau de la racine des cuisses. La bandelette est ainsi dans une position un petit peu plus horizontale avec peut-être un petit peu moins de risques de blocage de la vessie, et un risque de perforation vésicale beaucoup plus rare (pas de nécessité de cystoscopie).

Extrait de l'interview du Docteur Moulinier, Chirurgien Urologue à Compiègne.
Découvrez l'interview dans son intégralité

 

En savoir plus sur la technique TOT, et les dernières évolutions dans le domaine de la bandelette...

Références :

1. Ulmsten U, Petros P. Intravaginal slingplasty (IVS) : An ambulatory surgicalprocedure for treatment of female urinary incontinence. Scan J Urol Nephrol 1995;29:75-82.

2. DELORME E. La bandelette trans-obturatrice : un procédé miniinvasif pour traiter l’incontinence urinaire d ‘effort de la femme. Prog Urol, 2001, 11, 1306-1313

3. DELORME E., DROUPY S., DE TAYRAC R., DELMAS V. : Transobturator tape (Uratape). A new minimally invasive method in the treatment of urinary incontinence in women. Prog. Urol., 2003 ; 13 ; 656-659.


Notez cet article :   Réseaux sociaux :
  • Note moyenne : 3.95/5
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Note moyenne: 4/5 (42 votes)

 
 
 
 
Article rédigé par le docteur M. Dahan, urologue à Paris.
 


  Cet article ne remplace pas le diagnostic de votre médecin. Si vous souffrez d'incontinence, consultez votre médecin traitant ou un médecin spécialiste urologue ou gynécologue  

Date de dernière mise à jour : Février 2012

  > > Bandelette pour incontinence d'effort  
Accueil informations sur l'incontinence


pied page incontinence
Sphère-Santé © 2014 Nous contacterMentions légalesLiens utiles IncontinenceIncontinence : les solutionsIncontinence : les produitsForum incontinence
pied page incontinence