Accueil du blog

L’incontinence urinaire d’effort : quelles sont les techniques de chirurgie ?

07/03/2016

M. Deray

Traitements pour l'incontinence

L’incontinence urinaire d’effort : quelles sont les techniques de chirurgie ?

Les fuites urinaires à l’effort sont la conséquence de l’altération des structures du sphincter de la vessie et surviennent après un brusque effort physique. Les opérations de l’incontinence nécessitent un bilan préopératoire qui déterminera quelle technique de chirurgie urétrale recommander en fonction de l’importance des désagréments. De nouveaux procédés non-invasifs ont émergé pour traiter ce type d’incontinence urinaire plus aisément.

Différents procédés d’opérations existent contre les fuites urinaires

Les fuites urinaires à l’effort résultent d’une altération des tissus de soutien de la vessie, et la perte d’urine survient lors d’une sollicitation physique soudaine (sport, toux, éternuement). Cette forme d’incontinence se traite selon plusieurs procédés : en première intention par des séances de kinésithérapie, et ensuite éventuellement par chirurgie. Les résultats des différentes techniques d’opérations de l’incontinence urinaire sont très bons, avec plus de 80 % de satisfaction.

La technique de chirurgie la plus connue : les bandelettes sous urétrales

Cette technique chirurgicale est aujourd’hui la solution de référence pour l’incontinence d’effort. La bandelette synthétique de polypropylène est introduite par voie vaginale selon deux procédés :

  • TVT (tension-free vaginal tape = bandelette à tension libre)

Une petite incision est pratiquée sur la paroi du vagin juste en dessous de l’urètre (canal de sortie de la vessie) et deux autres au-dessus du pubis.

La bandelette est passée au moyen d’une aiguille sous le canal de l’urètre et devant la vessie, pour former un U. Elle est simplement posée, sans tension.

  • TOT (trans-obturator tape = bandelette trans-obturatrice)

Contrairement à la bandelette TVT qui crochète l’urètre, celle du TOT est placée horizontalement et forme plutôt un hamac.

La bandelette est extraite latéralement par deux petites incisions entre la vulve et la racine de la cuisse.

Sous anesthésie locale, ces interventions rapides durent une trentaine de minutes. Dans certains cas, une sonde urinaire est laissée en place en fin d’intervention, pour laisser la vessie au repos et prévenir les infections urinaires.

Quelles sont les autres techniques de chirurgie ?

Les injections péri-urétrales :

Ce procédé chirurgical consiste à injecter une substance (collagène ou silicone) autour de l’urètre afin de réduire l’évacuation des urines. Il ne s’agit pas d’une solution permanente puisque son efficacité est limitée dans le temps et nécessite de nouvelles injections pour avoir le résultat escompté.

La toxine botulique (Botox) :

La toxine botulique est injectée directement dans le muscle de la vessie (muscle détrusorien) pour traiter les incontinences dues à des pathologies neurologiques.

L’effet de la toxine botulique étant provisoire, plusieurs injections sont nécessaires et les conséquences ne sont pas anodines : comme le muscle est figé, la patiente n’a plus le contrôle de sa vessie et a besoin d’utiliser une sonde plusieurs fois par jour pour évacuer ses urines.

Le sphincter artificiel :

Une bague remplie de liquide, dont la pompe est implantée sous la peau de la grande lèvre chez la femme ou sous la peau du testicule chez l’homme, est placée autour de l’urètre.

Pour vider la vessie, il faut appuyer sur la pompe pour chasser le liquide de la bague. L’urètre n’étant plus comprimé, l’urine est libérée. À la fin de la miction, la bague se remplit à nouveau de liquide et resserre l’urètre par effet mécanique.

Le sphincter artificiel nécessite une intervention chirurgicale sous anesthésie générale et n’est indiquée que lorsque les incontinences sont sévères.

Un nouveau procédé contre les fuites urinaires : les injections d’acide hyaluronique

Depuis peu, un nouveau traitement plus simple et plus sûr est apparu, appelé injection intra-urétrale.

Basé sur l’infiltration d’un gel à base d’acide hyaluronique dans la paroi de l’urètre, il renforce l’épaisseur du tissu de soutien urétral.

Une anesthésie locale est pratiquée et aucun soin post-opératoire particulier n’est nécessaire. La patiente peut simplement rentrer chez elle au bout de quelques heures, après vérification que la vessie se vide correctement.

Réseaux Sociaux :

Sphère-Santé est le site N°1 pour l'incontinence et les fuites urinaires.

Notre philosophie est de vous apporter à la fois une information exhaustive sur les causes et les traitements de cette pathologie touchant 5 millions de personnes en France, ainsi qu'une gamme de produits absorbants pour vivre au quotidien avec les fuites urinaires et retrouver ainsi toute votre autonomie.

sphere-sante.com est un site marchand en ligne agréé Trusted Shops avec label de qualité et la Protection Acheteur.

Sphère-Santé est membre de la Silver Alliance

La Silver Alliance est un collectif d'entreprises au service des seniors, spécialisé dans le bien vieillir à domicile.

Sphère-Santé utilise des cookies pour vous assurer une meilleure expérience lors de votre visite. En continuant, vous acceptez notre charte d'utilisation des cookies, mise à jour conformément à la RGPD. Sphère-Santé ne transmet aucune de vos données personnelles à des tiers à des fins publicitaires.