Accueil du blog

Une origine bactérienne de l'incontinence?

01/12/2014

M. Deray

Incontinence urinaire

Une origine bactérienne de l'incontinence?

Lors du 34ème congrès annuel de l'American Urogynecologic Society 2013, les résultats de l’étude de la Loyola University Chicago Stritch School of Medicine ont été présentés. Ces derniers mettent en avant la présence de différentes bactéries dans l'urine des femmes selon le type d'incontinence. Des données récoltées suggèrent que le microbiome  urinaire, impacte l'incontinence urinaire. Une vraie découverte qui encourage à poursuivre les recherches sur le lien qui lie les bactéries urinaires et les symptômes de l'incontinence.

Les chercheurs de la Loyola University Chicago Stritch School of Medicine ont établi qu’il existait un lien entre l’ensemble des bactéries présentes dans la vessie d’une femme, aussi appelé microbiome, et les formes courantes d’incontinence urinaire féminine. En effet, le type et le nombre de bactéries évolueraient en fonction du type d'incontinence identifié.

Auteur principal dans l’étude réalisée par l’université américaine, le Dr Linda Brubaker rappelle qu’une femme sur 3, âgée de plus de 20 ans, souffre d'incontinence. A cause de l’épidémie d’obésité qui sévit et de la sédentarisation des femmes, ce chiffre devrait croitre considérablement au cours des 40 prochaines années.

Le Dr Linda Brubaker  a décidé de se concentrer sur l’incontinence urinaire d'effort. Cette dernière se définit, selon l’OMS par une « perte d'urine au cours d’une activité ou d’un effort physique comme la toux, les éternuements ou la course ». L’étude porte également sur l'incontinence urinaire par impériosité qui se traduit par «une nécessité forte ou urgente d'uriner ».

Le Dr Linda Brubaker et son équipe ont analysé 16 échantillons urinaires provenant de cathéters posés sur des femmes sans infection urinaire. Ces femmes étaient atteintes de 4 différents types d'incontinence urinaire, à savoir :

Les chercheurs de l’université américaine ont effectué un examen cytobactériologique mais aussi une analyse de séquençage de l'ADN. Grâce à l’examen cytobactériologique, ils ont réussi à différencier les bactéries présentes chez les femmes souffrant d’incontinence urinaire d'effort et celles souffrant d'incontinence urinaire par impériosité. Le séquençage ADN a, quant à lui, permis de démontrer que le microbiome des patientes avec les deux types d'incontinence urinaire par impériosité était différent de celui des patientes avec les deux types d'incontinence urinaire d'effort.

Aujourd’hui, l’incontinence chez la femme est très bien prise en charge. Elle peut être réduite grâce à des exercices de renforcement des muscles périnéens, un nouveau mode de vie et, dans les cas les plus graves, des dispositifs médicaux peu invasifs. Les résultats de l’étude menée par la Loyola University Chicago Stritch School of Medicine pourraient avoir pour conséquence l’arrivée de nouveaux traitements plus ciblés choisis selon le type de bactéries mises en cause, et donc plus performants.

Réseaux Sociaux :

Sphère-Santé est le site N°1 pour l'incontinence et les fuites urinaires.

Notre philosophie est de vous apporter à la fois une information exhaustive sur les causes et les traitements de cette pathologie touchant 5 millions de personnes en France, ainsi qu'une gamme de produits absorbants pour vivre au quotidien avec les fuites urinaires et retrouver ainsi toute votre autonomie.

sphere-sante.com est un site marchand en ligne agréé Trusted Shops avec label de qualité et la Protection Acheteur.