Incontinence anale

 
  L'incontinence anale
 

Les traitements de l'incontinence anale

 

Les chiffres de l'incontinence anale

On peut estimer la prévalence de l’Incontinence Anale , au gaz et/ou selles, à environ 10% Elle peut augmenter avec l'âge jusqu'à plus de 10 % chez les sujets issus de la population générale, pour avoisiner 50 % chez  des patients vivant en institution.
L'incidence de la maladie chez les adultes varie, elle aussi, en fonction du sexe :

  • elle est 9 fois plus fréquente chez les femmes de 45 ans que chez les hommes
  • les femmes de 65 ans sont exposées à un plus grand risque que les hommes en raison des lésions obstétricales.
Les sous-estimations de la prévalence sont courantes car de nombreux patients sont réticents à rapporter des symptômes d'incontinence ou à rechercher une aide.
L'incontinence anale augmente avec l'âge, l'invalidité à l'origine d'un alitement, la démence et le placement en établissement médicalisé. L’association entre l’incontinence anale et l'anxiété, la tristesse, le pessimisme et la dégradation de l'estime de soi est fréquente. La dépression et la baisse de la libido, susceptibles de résulter d'une diminution de l'estime de soi, peuvent être des causes de dysfonctionnements sexuels.
Ainsi, 21% et 30% des cas sont des incontinences doubles : « incontinence anale + Incontinence urinaire à l'effort  » ou « incontinence anale + instabilité détrusorienne », ou incontinence double mixte « incontinence anale + incontinence urinaire à l'effort + instabilité détrusorienne » 2. PhysiopathologieL'incontinence anale a été définie comme : "une émission involontaire ou inappropriée de fèces" ou comme une "émission incontrôlée récurrente de matières fécales pendant un mois au moins, chez un sujet dont le stade de développement correspond à l'âge de quatre ans au moins".
Elle peut être :
  • passive : la fuite de selles se produit sans que la patiente en soit consciente,
  • motrice : auquel cas, la patiente a conscience du besoin de déféquer, mais ne peut pas empêcher l'émission des selles.
Ses  principales causes sont :
  • manque de consistance des selles : colon irritable, entérite radique, abus laxatifs,…
  • diminution de la compliance rectale : résection basse, collagénoses,  tumeurs rectum…
  • diminution de la sensibilité rectale : SEP, AVC, fécalome, encoprésie, psychotropes…
  • altération du sphincter anal externe : fistule anale, déchirures, neuropathie pudendale

Les bilans et examens à réaliser

Anamnèse

On recherche : la nature des selles, les épisodes d’incontinence anale , la présence de suintement, la fréquence des diarrhées, la présence de sang, de glaires et de douleurs ainsi que d’une incontinence urinaire et/ou d’un prolapsus car rarement évoqué par les patientes.
Les symptômes sont divers : petite souillure occasionnelle des sous-vêtements ou une perte de contrôle des gaz (incontinence mineure) ou l’émission fréquente et incontrôlable de selles (incontinence majeure).
Faire la différence entre :

  • la notion de perception préalable du besoin exonérateur (incontinence active) plus en relation avec une déficience sphinctérienne externe et/ou des pressions rectales élevées
  • et l’absence de perception du besoin (incontinence passive) qui doit faire rechercher une vidange rectale incomplète ou une altération du sphincter interne.

Examen clinique

Réalisé  sur le côté latéral gauche et/ou en position gynécologique, parfois accroupie.  L’inspection apprécie la descente périnéale, un prolapsus hémorroïdaire ou rectal extériorisé, les cicatrices périnéales, et la béance anale.
Le toucher rectal renseigne sur le tonus, la commande et  le testing du sphincter externe de l’anus (testing 0-3).
L’évaluation de la musculature périnéale doit être également réalisée (testing 0-5).

Questionnaires et Scores évaluant l’incontinence anale

Ils ne sont pas nombreux et les plus utilisés  sont :

  • les scores de Pescatori et de la Cleveland Clinic,
  • ils permettent de préciser le type d’incontinence (gaz, liquide ou solide), la  fréquence des épisodes (1/mois-1/ jour), le nombre de protections  et le retentissement sur la vie sociale.

Imagerie

 

L’échographie endoanale :

  • simple, rapide, non invasive,
  • permet de diagnostiquer les ruptures du sphincter anal (interne et externe),
la dégénérescence primitive du sphincter interne et les anomalies anorectales,
  • les brèches sont identifiées par une rupture de l’anneau hypoéchogène du sphincter interne ou des zones hypoéchogènes au niveau du sphincter externe.

La défécographie, dans l’IA,  montre une béance du canal anal au repos et une ouverture de l’angle anorectal.

Manométrie ano-rectale

Etude fonctionnelle qui renseigne sur la qualité du sphincter anal avec mesure des pressions ainsi que des anomalies des réflexes anorectaux.

Examens électrophysiologiques

Plus de la moitié des patientes ayant une incontinence anale et une rupture sphinctérienne ont une neuropathie pudendale  associée.

 

Source des données chiffrées : rapport sur l'incontinence urinaire remis au ministre de la santé français en 2007.

Aller plus loin :

retour au sommaire

Noter cet article :

Note moyenne: 4.1/5 (44 votes)

Réseaux Sociaux :

Article rédigé par Alain Bourcier, physiothérapeute et spécialiste en rééducation pelvipérinéale
Date de dernière mise à jour : 27/02/2014

Cet article ne remplace pas le diagnostic de votre médecin. Si vous souffrez d'incontinence, consultez votre médecin traitant ou un médecin spécialiste urologue ou gynécologue

Sphère-Santé est le site N°1 pour l'incontinence et les fuites urinaires.

Notre philosophie est de vous apporter à la fois une information exhaustive sur les causes et les traitements de cette pathologie touchant 5 millions de personnes en France, ainsi qu'une gamme de produits absorbants pour vivre aux quotidien avec les fuites urinaires et retrouver ainsi toute votre autonomie.

Le site est certifié HONcode pour sa rubrique information et son espace de dialogue.